Auguste et les femmes fatales

Cafés Thema > Cafés Histoire > Auguste et les femmes fatales
Intervenant

Virginie GIROD est historienne, Docteure en histoire. Depuis près de dix ans, elle conduit des recherches sur l’histoire des femmes et de la sexualité.

Instaurer un régime ressemblant à une royauté à Rome sans en prendre le nom, voici le premier des hauts faits d’Auguste, le premier empereur de Rome.
Fonder une dynastie dans une maison où les mâles mourraient prématurément fut le second.

D’une intelligence redoutable, stratège retors, Auguste sut s’adapter à toutes les situations pour asseoir son pouvoir jusque par-delà la mort en dépit des femmes de la Domus Augusta qui ne lui facilitèrent pas la tâche. La soif de puissance était atavique dans la famille Julia. Épouse, filles et petites-filles de l’empereur, loin d’être des dames de cœur, s’engagèrent dans le « jeu du trône ». Mais les femmes ne régnaient pas à Rome. Dans les coulisses, elles œuvraient en faveur d’un fils ou d’un amant espérant ainsi gouverner à travers une marionnette qui leur serait redevable et malheur à celles qui échouaient.

Pour Auguste, le danger venait du Palais et elles furent nombreuses, sous son propre toit, à se laisser enivrer par la fragrance du complot, découvrant trop tard son goût amer. Mais Auguste n’était pas le genre d’homme à se laisser émouvoir par les femmes fatales. Il s’imposa pour de longs siècles comme le modèle de l’empereur idoine et manipula habilement les femmes de sa famille pour en faire des outils dynastiques et de propagande.

Cette conférence étudie le principat d’Auguste sous l’angle de la maison impériale et des jeux de pouvoir qui s’y déroulaient dans l’ombre des alcôves. Elle permet de saisir les mécanismes de la création dynastique d’Auguste dans un contexte familial et social extrêmement défavorable, mettant ainsi en exergue ses qualités incontestables de politicien hors pair.

La vidéo de ce Café Histoire existe grâce à Clémentine ANQUETIL, vidéaste cadreuse monteuse.