La barbe, symbole de pouvoir ou de sauvagerie ?

Cafés Thema > Cafés Histoire > La barbe, symbole de pouvoir ou de sauvagerie ?
Intervenant

Marie-France AUZÉPY est agrégée d’histoire, professeure émérite à l’Université Paris VIII, spécialiste de l’histoire byzantine et en particulier de l’histoire de l’iconoclasme.

La barbe, comme le dit Jacques-Antoine Dulaure dans sa pogonologie (en grec, barbe se dit pôgôn), ou Histoire philosophique de la barbe, éditée à Constantinople en 1786 (…), la barbe « est devenue le jouet des caprices des hommes. Sacrée chez les Hébreux et chez les premiers Chrétiens, condamnée avec chaleur par quelques Papes, protégée spécialement par d’autres, elle fut successivement regardée par l’Église comme une hétérodoxie révoltante, ou comme le symbole de la sagesse et de l’humilité chrétienne (…). »

Cité par Marie-France Auzépy et Joël Cornette dans leur Histoire du poil, ce texte illustre, comme bon nombre d’autres citations présentes dans leur ouvrage magnifiquement illustré, l’attrait que l’on a pu avoir dans l’histoire pour les boucs, mouches et autres barbiches.

La barbe est un signe de maturité et de virilité. Les héros, les rois et les dieux, quand ils ne doivent pas être explicitement représentés enfants ou adolescents, ont toujours une barbe. La reine égyptienne Hatshepsout était souvent représentée avec une fausse barbichette pour indiquer ses fonctions. Il arrive que les femmes portent un tatouage en forme de barbe, comme par exemple chez les primitifs Ainu dans le nord du Japon. Dans la Chine ancienne, une barbe rouge était un signe de courage et de force. Bien que les Chinois aient par nature une barbe assez peu fournie, les hommes célèbres sont toujours représentés barbus. En Amérique centrale, à l’époque précolombienne, la barbe n’était guère d’usage, sauf chez certains dieux tel Quetzalcoatl (Kuculcan chez les Mayas, c’est-à dire le serpent à plume). On trouve également dans les civilisations de la région des Andes des statuettes de glaise représentant des dieux avec une longue barbe ; certains chercheurs y voient l’indice de contacts antérieurs avec des navigateurs originaires d’Europe.