[PARIS] Le loup, une histoire culturelle

Cafés Thema > Cafés Histoire > [PARIS] Le loup, une histoire culturelle
Intervenant

Avec Michel PASTOUREAU, historien médiéviste, Directeur de recherches à l’École pratique des Hautes Études (EHESS), titulaire de la chaire d’histoire de la symbolique occidentale. Michel Pastoureau est spécialiste de l’histoire des couleurs et de leur perception par les sociétés et de l’histoire des animaux et de leurs représentations…

« Réputé vorace, cruel, destructeur, sanguinaire et même amateur de chair humaine, le loup terrifie l’homme depuis la nuit des temps. Fondée ou non, cette peur fait en tout cas partie de notre histoire culturelle »*.

Le loup, une histoire culturelle. Café Histoire avec Michel Pastoureau

Dans la longue durée, la peur du loup en Occident est un fait constant au fil des millénaires, mais il y a quand même des périodes durant lesquelles cette peur du loup a ralenti, s’est faite moins grande.

La symbolique du loup antique est ambivalente, comme celle de la plupart des animaux : il y a un bon et un mauvais loup. Le mauvais loup, le loup terrible, le loup dont on se méfie, c’est celui des Germains, par exemple, et le loup Fenrir, dans la mythologie nordique, qui va mettre fin à la vie des dieux et à celle des Hommes en mangeant la lune et le soleil.
Inversement, chez les Romains, le loup, et surtout la louve, est valorisée avec l’histoire de Romulus et Rémus.

Pour le Moyen Âge, Michel Pastoureau distingue trois périodes pour le rapport entre l’Homme et le loup :

  • un Haut Moyen Âge, où l’Homme a peur du loup,
  • le Moyen Âge central où cette peur se fait plus discrète, ce que l’on voit dans le Roman de Renart, qui date des 12e et 13e siècles, qui met en scène un loup ridicule, Ysengrin,
  • et puis de nouveau, à la fin du Moyen Âge, période de catastrophes, notamment climatiques, période où tout le monde a faim, y compris les animaux, les loups entrent dans les villes et les villages, et font de nouveau peur…

Mais la peur du loup, c’est plutôt une affaire de l’époque moderne : aux 16e-17e siècles, la peur est immense, et le fait que Le petit chaperon rouge soit publié par Perrault en 1697, ou que l’histoire terrible de la Bête du Gévaudan se situe dans les années 1760, sous le règne de Louis XV, est assez révélateur de la « modernité » de cette peur.

À l’occasion de la publication de son nouvel ouvrage, Le loup, une histoire culturelle, les Cafés Histoire invitent une nouvelle fois l’historien Michel PASTOUREAU pour nous conter une histoire de ce « grand méchant loup », qui ne fut pas de tous temps perçu comme aussi méchant que cela…

———————————————————

* Présentation de l’émission « Les Animaux ont aussi leur histoire », France Culture, 16/08/2015, sur le thème : Qui a peur du grand méchant loup ? avec Michel Pastoureau.

Merci à Alain pour la captation et le montage.
La chaine Youtube d’alain, passionné de Moyen Âge : https://www.youtube.com/Medieval1

* * *

Bibliographie (très) sélective de Michel Pastoureau

  • Le loup, une histoire culturelle, Seuil, 2018. >>>
  • Avec Jean-Charles de Castelbajac, Le grand armorial équestre de la Toison d’or, Seuil / BNF, 2017.
  • Avec Pascal Ory et Jérôme Serri, Les couleurs de la France, Hoëbeke, 2016.
  • Rouge : Histoire d’une couleur, Le Seuil, 2016.
  • Le Roi tué par un cochon, Le Seuil, 2015.
  • Le Cochon, Gallimard (Albums Beaux-Livres), 2013.
  • Vert. Histoire d’une couleur, Le Seuil, 2013.
  • Bestiaires du Moyen Âge, Le Seuil, 2011.
  • Le Cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, coll. « Découvertes Gallimard / Culture et société » (no 545), Gallimard, 2009.
  • L’Art de l’héraldique au Moyen Âge, Le Seuil, 2009.
  • Noir : Histoire d’une couleur, Le Seuil, 2008.
  • L’Ours. Histoire d’un roi déchu, Le Seuil (La librairie du 21ᵉ siècle), 2007.
  • Le Petit Livre des couleurs avec Dominique Simonnet, Panama, 2005.
  • Bleu. Histoire d’une couleur, Le Seuil, 2002.
  • Dictionnaire des couleurs de notre temps, Bonneton, 1992.
  • L’Étoffe du diable, une histoire des rayures et des tissus rayés, Seuil (Point Essais).
  • Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Le Léopard d’Or, 1986.
  • Traité d’héraldique, Picard (Grands manuels), 1979, réédité en 1993, 1997, 2003 (version revue et complétée par les travaux du domaine publiés de 1979 à 1992).
  • La Vie quotidienne en France et en Angleterre au temps des chevaliers de la Table ronde, Hachette littératures, 1976.