Les murs dans l’histoire

Cafés Thema > Cafés Histoire > Les murs dans l’histoire
Intervenant

Alexandra NOVOSSELOFF est Docteure en science politique, chercheure spécialisée dans le domaine des organisations internationales, du Conseil de sécurité des Nations Unies et des opérations de maintien de la paix. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages sur les relations internationales, les murs-frontières, les zones de crises et les situations de post-conflit, dont « Des murs entre les hommes », paru aux éditions de La Documentation française.

Tout au long de leur histoire, les empires ont cherché à se protéger par des murs aux marches de leurs territoires : Alexandre le Grand dans le Caucase, l’empereur Qin Shi huangdi, fondateur de la dynastie Qin, au IIIe siècle avant J.-C., qui entame la construction de la Grande Muraille de Chine pour se protéger des multiples incursions des tribus nomades des steppes, l’empereur romain Hadrien, qui fait ériger à partir de 122 après J.-C. un mur de 117 km de long sur la limite actuelle entre l’Angleterre et l’Écosse, Vauban et sa « ceinture de citadelles » au XVIIe siècle, le mur des fermiers généraux construit autour de Paris en 1814, la « barrière de forts » destinée à arrêter une éventuelle invasion allemande construite autour de Paris après la défaite de 1870, etc.

Par ces exemples historiques, l’on s’aperçoit que « la tentation des murs » remonte à plusieurs siècles… et continue de se développer : la Corée est coupée en deux depuis 1953 ; l’île de Chypre est toujours divisée et occupée par l’armée turque au Nord depuis 1974 ; le Cachemire est une zone de tension permanente entre l’Inde et le Pakistan depuis 1947 ; le conflit est gelé entre le Maroc et le Front Polisario au Sahara occidental depuis 1975 ; la paix n’arrive pas à s’imposer entre Israéliens et Palestiniens, désormais séparés par un mur de neuf mètres de haut.

Depuis les événements du 11 septembre, de « nouveaux » murs sont construits partout dans le monde pour tenter de faire face aux peurs générées par le phénomène de la mondialisation.

Au 21e siècle, des murs « anti-réfugiés » s’érigent en de très nombreux lieux de la planète, murs qui ne résolvent pas forcément les problèmes à venir…

 

Plus de 60 personnes ont pu écouter Alexandra NOVOSSELOFF évoquer la présence de murs aujourd’hui sur notre planète : murs de béton, de barbelés, de briques et de citernes, murs surveillés par des milliers de soldats ou par des technologies hyper sophistiquées. L’aspect géopolitique mais également humain a été présenté afin de mieux nous faire découvrir les multiples impacts qu’ont ces murs sur nos vies.

Une captation vidéo et un montage réalisés par Clémentine ANQUETIL
(si vous avez besoin de ses services, contactez-la !)