Liberté de la presse dans le monde : où en est-on en 2018 ?

Cafés Thema > Cafés Actu-Médias > Liberté de la presse dans le monde : où en est-on en 2018 ?
Intervenant

Catherine MONNET, longtemps grand reporter à Radio France Internationale (RFI) puis réalisatrice, est aujourd’hui Rédactrice en chef adjointe chez Reporters Sans Frontières.

Quelle(s) liberté(s) pour la presse ?

À l’heure de l’émergence, partout dans le monde, de régimes autoritaires, devient-il “légitime” d’emprisonner ou d’assassiner des journalistes ? Est-ce le signe révélateur d’un recul global des valeurs démocratiques ?
Qu’en est-il de la presse hexagonale ?…

Liberté de la presse dans le monde : où en est-on en 2018 ?

295 journalistes emprisonnés, dont 121 “journalistes citoyens”*, 52 journalistes tués en 2017, voici le bilan alarmant dressé par Reporters sans Frontières (RSF) en ce début d’année 2018**.

La liberté de la presse est l’une des premières cibles des États et gouvernements autoritaires. Et, à ce jeu-là, la France, république démocratique, ne se place qu’en 39e position sur une liste de 180 pays…

Un mois avant la Journée mondiale de la liberté de la presse***, Catherine MONNET, rédactrice en chef adjointe chez Reporters Sans Frontières, vient échanger et débattre au sein des Cafés Actu Médias, en remplacement de Christophe Deloire, empêché. Longtemps grand reporter à Radio France Internationale (RFI), réalisatrice, Catherine Monnet a choisi de “rejoindre, en ces temps troublés, les équipes de RSF pour défendre un droit de plus en plus menacé : notre liberté d’informer.”


Informations pratiques et conditions d’entrée

  • Participation : 10 € (consommation non comprise) à verser le soir de la conférence.
  • Inscription obligatoire à l’adresse : cafe.actu.media@gmail.com

* Le « journalisme citoyen » : tentatives de définitions…

  • Pour le chercheur américain Ethan Zuckerman, « le journalisme citoyen c’est la nouvelle frontière de la citoyenneté active ». Le journaliste italien Gennaro Carotenuto va plus loin en assimilant le journalisme citoyen à une « réforme agraire » dans le monde de l’information : « Le journalisme citoyen échappe à l’oligarchie des médias pour répartir [l’information] entre les citoyens tout comme une réforme agraire qui redistribue les terres à ceux qui travaillent. »
    (source : https://www.reporter-citoyen.fr/?p=1045)
  • Le « journalisme citoyen » est un paradigme mou qui se diffuse comme une traînée de poudre auprès d’une frange d’internautes actifs. L’affaiblissement des frontières traditionnelles entre sources, médias et public réactive l’imaginaire d’une communication désintermédiée, où les contenus rédactionnels circuleraient hors des circuits médiatiques traditionnels.
    (Source : https://surlejournalisme.com/?page_id=145)

** Baromètre 2018 de Reporters Sans Frontières : https://rsf.org/fr/barometre

*** Le 3 mai a été proclamé « Journée mondiale de la liberté de la presse » par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.