[PARIS] Santé au travail : les “crimes” industriels

Cafés Thema > Cafés Santé & travail > [PARIS] Santé au travail : les “crimes” industriels
Intervenant

Jean-Paul TEISSONNIERE est avocat au Barreau de Paris. Il intervient notamment dans les dossiers de l’amiante, les essais nucléaires au SAHARA et dans le Pacifique, les suicides à FRANCE TÉLÉCOM…

Intervenant

Annie THÉBAUD-MONY est sociologue, Directrice de recherche Inserm habilitée à diriger des recherches.
Ses domaines de recherche :

  • L’étude des obstacles à la connaissance, à la reconnaissance et à la prévention des cancers d’origine professionnelle ;
  • L’étude des conséquences du recours à la sous-traitance et à l’intérim sur les dispositifs de protection de la santé des travailleurs sur les lieux de travail, et sur les droits eux-mêmes et les possibilités d’organisation collective ;
  • L’étude des conditions de production des connaissances en santé publique concernant les effets sanitaires des risques industriels.

Pour en savoir plus : http://iris.ehess.fr/index.php?115

Les crimes industriels : aspects sanitaires, sociaux, juridiques.

Établis pour la plupart au début du 19ème Siècle, modifiés à partir de la deuxième partie du 20ème Siècle, les différents systèmes pénaux nationaux se révèlent incapables d’appréhender de manière adéquate les crimes et délits de masse qui caractérisent l’activité industrielle et la puissance de la technologie.

Crimes industriels - Café Santé TravailSelon l’OIT (Organisation Internationale du Travail), les conditions de travail provoqueraient plus d’1 million de morts par an dans les seuls pays d’Asie.
La seule utilisation industrielle de l’amiante produit 100.000 morts par an à l’échelle mondiale.
La « boucherie ouvrière » qu’annonçait Jules GUESDE en 1898 a bien eu lieu.
La catastrophe est à la fois permanente, prévisible, évaluée et quantifiée comme autant de paramètres intégrés dans le choix des décideurs.
Elle est d’autant plus tolérée que cette forme moderne de criminalité, démultipliée par la puissance de l’industrie, ne suppose chez ses auteurs au sens propre du terme aucune intention de nuire à l’égard d’aucune victime en particulier.

Hans JONAS nous avait prévenus : le déchaînement de la technologie pose aux sociétés modernes des défis sur le plan éthique et juridique auxquels elles n’avaient jamais été confrontées…

Les difficultés auxquelles se heurtent les victimes des catastrophes industrielles sanitaires ou environnementales pour obtenir qu’un procès pénal ait lieu, donnent la mesure des obstacles qui restent à surmonter…


Informations pratiques et conditions d’entrée

  • Participation : 10 € (consommation non comprise) à verser le soir de la conférence.
  • Inscription obligatoire à l’adresse : cafe.sante.travail@gmail.com