[PARIS] Imaginer un salariat sans subordination

Home Evénements à venir [PARIS] Imaginer un salariat sans subordination
Café Santé Travail avec Danièle LINHART : salariat sans subordination

[PARIS] Imaginer un salariat sans subordination

Pourquoi imaginer un salariat sans subordination ?

(« Imaginer un salariat de subordination », extrait de l’article de Danièle Linhart publié en juillet 2017 dans Le Monde Diplomatique).

Pour avoir droit au statut de salarié dans le privé et de fonctionnaire dans le public, il faut ainsi s’engager à travailler dans le cadre bien spécifique d’une subordination permanente, c’est-à-dire de l’obéissance aux représentants de la direction, au cœur du contrat salarial. Mais, en raison des droits qui lui sont assortis, le statut de subordonné apparaît avantageux et même désirable, comme le montrent l’exemple des VTC ou celui des travailleurs qui se mobilisent pour ne pas en être éjectés et entament des combats de longue haleine, et parfois très violents, contre des plans de licenciements. Cette énergie du désespoir pour réclamer la pérennité d’emplois pourtant soumis à la dure réalité du travail subordonné a marqué le mouvement social — que l’on songe aux combats des Conti, des Goodyear, des PSA d’Aulnay…

Pourtant, il n’y a pas si longtemps encore, cette condition de salarié était rejetée par ceux qui rêvaient d’une société du travail émancipatrice, où les travailleurs n’auraient plus à subir l’exploitation et l’aliénation. Aujourd’hui considérée comme une sorte de fatalité, elle justifie le sacrifice qu’il faut consentir pour s’assurer d’un minimum de garanties sur l’avenir : une paye, un accès à la santé, des indemnités chômage, mais aussi la possibilité d’une insertion sociale et citoyenne dans la société, ainsi que la participation à une communauté de travail qui fait sens. La subordination, cette forme de renoncement à soi, est devenue plus que jamais un investissement, censé protéger contre la précarité matérielle et la perte d’estime de soi.

Bien qu’elle s’impose de plus en plus comme « naturelle », inéluctable, elle s’avère en réalité de plus en plus mal vécue. En témoigne l’étendue de la souffrance au travail, devenue omniprésente. Une telle dégradation du vécu est à mettre en rapport avec l’individualisation grandissante du statut de salarié.

L’intervenante

Imaginer un salariat sans subordination - Café Citoyen Santé Travail avec Danièle LINHARTDanièle LINHART est sociologue spécialisée dans l’évolution du travail et de l’emploi. Elle est directrice de recherche au CNRS, enseigne à l’université Paris X, et est membre du réseau Souffrance & Travail. Sur la précarité et l’emploi, elle développe notamment la notion de précarité subjective, le sentiment de malaise et d’incertitude dans son travail, du fait de l’individualisation amenée par les stratégies managériales récentes. Membre de l’Observatoire du stress et des mobilités forcées à France Télécom/Orange et en entreprise, elle dénonce les nouvelles méthodes de management, qui entraînent des souffrances pour les salariés.

  • Le travail nous est compté (Avec Aimée Moutet), La Découverte, 2005.
  • Perte d’emploi, perte de soi (Avec Estelle Durand), Érès, 2005.
  • Pourquoi travaillons-nous ? Érès, 2008.
  • Travailler sans les autres ? Le Seuil, 2009.
  • La modernisation des entreprises, La Découverte, 2010.
  • La comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Érès, 2015.

Salariat sans subordination - Café Santé Travail avec Danièle LINHART


Imaginer un salariat sans subordination,
un Café Citoyen Santé Travail organisé pour et avec le réseau de consultations spécialisées Souffrance & Travail

Souffrance et Travail - Réseau de consultations spécialisées en souffrance au travail

Date

18 décembre 2018

Heure

20 h 00 - 21 h 30

Intervenants

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *